Mer de sable infinie, alternance de paysages volcaniques et lunaires de sable et de roche où jaillissent des oasis au charme incomparable.

Autrefois verdoyant et peuplé , le Sahara  s’étend sur une superficie de 12 000 000 km² soit 80 pour cent de la superficie de l’Algérie, le « Tiniri » comme les « Touaregs » aiment à l’appeler en « Tamacheq », le Sahara Algérien est sans conteste l’un des vaste et les plus beaux au monde. 

Ghardaia

Capitale de la vallé du M’zab, Ghardaïa est la « porte du désert » située dans la partie nord du Sahara. L’une des 5 autres K’sour ou cités du M’zab.

Site touristique d’importance majeure en raison de son architecture unique, son histoire et sa culture ont valu à la ville d’être classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dans le désert, dans la vallée de l'oued M'Zab traversant un plateau rocailleux de calcaire appelé chebka (filet), se trouvent cinq K’sour ou cités installées de part et d’autres de l’oued.

La ville du M’Zab parrait au regard telle une masse bâtie dressée sur un piton rocailleux ou colline, qui s’impose par son ordre serré composé de maisons agglomérées en terre cuite harmonieusement étagées en terrasses, revêtis de couleurs pâles : roses, ocres, verts, bleus, conférant à la  vallée un aspect chromatique unique Au point le plus haut, le minaret, dressé vers le ciel, annonce la ville et la protège. Il en est le garant et le système nerveux. Par son ordonnancement et son aspect compact, le ksar m’zab traduit la cohérence et la cohésion de son corps social, l’égalité de ses habitants sans distinctions de fortune ou de rang social ainsi que  leur hospitalité à toute épreuve.

Les habitants du M’zab sont connus comme étant des plus vertueux, ils fondent leur rite sur les principes de la foi, du travail  et ont su garder et préserver leur traditions et valeurs depuis des millénaires.

Sites à visiter et lieux d’intérêt : 

  • Les palmeraies
  • Le mausolée de Sidi Brahim
  • le vieux ksar Zenata
  • Station thermale de Zelfana
  • L’église de Charles de Foucauld

Ô toi qui prends la défense des amoureux de la vie citadine

Et qui reproches aux autres leur amour du désert et de la vie bédouine

Est-ce la légèreté que tu reproches à nos tentes ?

N’as-tu d’éloges que pour les maisons de pierre et de boue ?

Tu ignores les secrets du désert et l'ignorance est source de tribulations

Tu m’aurais donné raison Si au milieu du Sahara

tes pieds avaient foulé ce tapis de sable dont les graines sont semblables à des perles,

Si tu t’étais promené dans nos sublimes jardins,

aux teintes variées et aux exquis parfums.

Tu aurais senti alors ce souffle embaumé

Qui ennoblit l’esprit et ne porte point d’impuretés

l'Emir Abdelkader